Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
VIVRE MIEUX A MANTES-LA-JOLIE

Le blog de l'équipe municipale VIVRE MIEUX A MANTES-LA-JOLIE

Au fil des conseils

Conseil municipal du 29 novembre 2021

==> Guerre des clans à droite : nous avons mis « les pieds dans le plat »

A la suite de la présentation par le Maire du compte-rendu du conseil municipal précédent (18 octobre), Marc JAMMET a fait la déclaration suivante au nom de notre groupe :

« Depuis ce conseil municipal (et vous venez d’ailleurs de nous l’annoncer) Madame AUJAY, maire-adjointe, a démissionné de son mandat d’élue. Depuis ce conseil municipal, il faut être aveugle pour ne pas voir que quelque chose bouge à l’extérieur de ce conseil : deux pétitions circulent, un rassemblement de Mantais en colère a eu lieu lors de la Foire aux Oignons puis samedi matin devant l’Hôtel de Ville …Ce soir les élus que nous sommes – majoritaires ou non – sont les représentants de la population mantaise. Allons-nous faire semblant de ne pas voir cette colère et les Mantais qui sont venus nombreux assister à ce conseil municipal ?Monsieur SANTINI, vous êtes pressenti pour être peut-être le prochain maire en 2022. Vous n’avez rien à leur dire ? Monsieur le Maire, ici ou là, des rumeurs de démission courent. Vous avez très bien que la pétition demandant au Préfet de refuser votre démission ne peut aboutir légalement. Alors ce mouvement qui se dessine pour vous soutenir, vous comptez l’utiliser comment ? Pour négocier ? Pour négocier quoi ? Pour négocier avec qui ? Nous pensons que les Mantais attendent d’y voir plus clair et qu’il faut répondre à leurs attentes.

==> Régime indemnitaire des agents municipaux. Profondément injuste.

Par la voix d’Armelle hervé, nous avons démontré l’injustice de ce régime indemnitaire que la droite locale veut imposer aux agents municipaux.

Alors qu’ils devront travailler davantage pour des salaires toujours aussi bas, 75% d’entre eux perdraient leur indemnité annuelle de 1.000 euros pour une indemnité de … 80 euros !

Ce n’est pas le cas de tous puisque les plus hauts salaires percevraient eux une prime mensuelle pouvant aller jusqu’à 3.000 euros, voire pour l’un d’entre eux 4.165 euros !

Très applaudie par les agents municipaux venus, eux aussi, en nombre assister à ce conseil, Armelle hervé a réaffirmé notre soutien au mouvement de grève à l’appel du syndicat CGT et nous avons bien évidemment voté CONTRE les deux premières délibérations concernant ce régime indemnitaire.

La droite locale par contre (quels que soient « les clans » et quoi qu’ils en disent maintenant) a voté POUR cette délibération inique.

==> Police municipale. Pour la redéfinition des missions.

Après le rapport de la Chambre régionale des comptes sur ce sujet, le Maire avait un an pour l’informer des actes qu’il avait mis en œuvre en réponse.

Le problème, comme l’a souligné Armelle hervé, c’est d’une part qu’une fois de plus les documents nécessaires n’ont pas été communiqués aux élus (sur les 14 annexes que comporte le document seule l’annexe 2 a été communiquée), d’autre part que les réponses elles-mêmes ne sont pas fiables (baisse de la délinquance en 2018 alors que la Chambre elle-même a mis en doute les statistiques, aucune définition des priorités, l’aspect prévention négligé …).

Nous demandons pour notre part un véritable débat sur la redéfinition des missions et plus généralement sur la sécurité espérée par les habitants des trois quartiers de la Ville. Et cela passe notamment par une augmentation des effectifs de la police nationale que le Maire renonce à réclamer.

==> Où sont les documents ?

Plusieurs délibérations indiquaient que les conventions relatives étaient jointes. Sauf qu’elles n’y étaient pas.

C’est ce qu’a fait remarquer Binta SY (liste des tarifs de service public, révision des tarifs des marchés du Centre-Ville et du Val-Fourré, utilisation des véhicules de la Ville …)

Réponse du Maire : « nous allons y remédier et les documents vont vous être envoyés ».

A ce jour, ce n’est toujours pas fait.

==> Petits déjeuners pour certains enfants ? Une drôle d’expérimentation.

Il s’agit là d’une expérimentation sur 6 écoles (2 écoles de chaque quartier). Sur le temps scolaire, deux petits déjeuners seront proposés aux enfants.

L’un sera pris en charge par la Municipalité (si l’on peut dire puisqu’elle sera subventionnée pour cela. Autrement dit, cela ne lui coutera rien), l’autre par les parents (qui subordonnera le petit-déjeuner gratuit)

Binta SY a mis en évidence l’injustice que risquaient de vivre les enfants. « Le petit déjeuner gratuit, bien entendu nous sommes pour mais qu’adviendra-t-il si pour une raison ou pour une autre une famille ne donnait pas à l’enfant le petit déjeuner qu’elle est censée lui fournir ? Puisque ces petits déjeuners seraient pris sur le temps scolaire, cela veut-il dire que les enfants cités plus haut regarderaient les autres manger ? »

Réponse du Maire : « ne regardez pas ce qui risque de ne pas marcher ».

On n’est pas obligé non plus d’être aveugles et sourds et d’accepter une telle délibération qui ne peut que faire supporter aux enfants une véritable injustice sociale dès leur plus jeune âge.

(Nous condamnons certains propos du Maire à ce sujet évoquant « les parents du Val-Fourré comme ceux qui ne fourniraient peut-être pas le petit déjeuner prévu (et les désignant donc du doigt) alors que ni Binta SY, ni Marc JAMMET (intervenant en appui) n’ont évoqué une quelconque localisation géographique).

==> Concertation ? Madame HERVIEUX prise « la main dans le sac »

Présentant la délibération concernant le permis de végétaliser, Edwige HERVIEUX (République en Marche qui a rejoint la droite locale lors des dernières élections municipales) en a profité pour valoriser « les assises de la transition écologique » et la concertation dont elle se félicite.

Elle a indiqué que ce permis de végétaliser avait été validé lors de la séance publique de restitution qui avait eu lieu le samedi précédent le conseil.

Le problème c’est que cette délibération comportant les résultats de cette séance nous a été envoyée … 3 jours avant que ne se tienne cette séance (et sans-doute a-t-elle été écrite une dizaine de jours avant).

Ce qui fera dire à Binta SY : « vous êtes voyante, Madame HERVIEUX ».

Cette dernière se tortillant comme elle pouvait pour justifier l’injustifiable s’attira le commentaire de Marc JAMMET : « Madame SY vient de vous prendre « la main dans le sac » Je comprends que vous soyez mal à l’aise ».

Réponse d’Edwige HERVIEUX : « Je vais m’adresser à lé presse locale. Je vous ferai taire sur ce sujet Monsieur JAMMET ».

Après Bédier, et de deux !

C’est peine perdue. Nous ne lâcherons rien et personne ne nous fera taire !

==> Centre commercial principal du Val-Fourré. Première expropriation d’un commerçant.

Contrairement à ce qu’annonçait la droite locale lors des élections municipales, c’est bien « le couteau sous la gorge » que les 

commerçants doivent négocier leur départ.

« En gros, soit les négociations aboutissent (à quelles conditions ?) soit une procédure d’expropriation est lancée au prix des domaines » a commenté Marc JAMMET.A l’évidence c’est aussi un avertissement, d’autres procédures vont suivre.

==> La croix-Ferrée et « la valise en carton ».

Le Maire a cru bon de tacler Marc JAMMET sur de prétendues déclarations : « vous avez indiqué que les retraités allaient se retrouver dehors avec une valise en carton ».

« Quand ais-je écrit ou tenu de tels propos ? » a demandé l’élu d’opposition.

« On me l’a rapporté » a dit le Maire (Qui ? Quand ? Où ? Puisque c’est évidemment faux).

Que le maire s’insurge contre les rumeurs que ferait courir contre lui un autre clan, c’est justifié. Et nous condamnons ces pratiques détestables.

Ce serait nettement mieux par contre qu’il ne se livre pas lui-même à ces mêmes pratiques quand cela l’arrange !

Pour retrouver l’intégralité des débats du conseil, suivez ce lien vers l’enregistrement (Youtube) : https://www.youtube.com/watch?v=9TEObADDtDg

 

Conseil communautaire du 9 novembre 2021.

==> Attributions de compensation. 50 millions d'euros reversés par une GPSEO en faillite !

C'est le total reversé à certains communes après un an et demi de négociations laborieuses.

Il fallait pour cela que les communes qui avaient engagé des recours en justice les retirent et que tous les Maires, tous les groupes "reconnus" acceptent le résultat de cette négociation.

Argument imparable (pour eux) du Président actuel et de ses Vices Présidents: « attention, si nous respectons strictement la loi, ce sont plusieurs dizaines de millions d'euros qui ne vous seront pas reversés ».

Alors groupes reconnus et Maires ont accepté !

Et dans une GPSEO pratiquement en faillite, ils ont dégagé 50 millions d'euros de dépenses.

Comme l'avait annoncé (et dénoncé) il y a un  an Marc Jammet, ils multiplient maintenant les réunions pour déterminer le montant des futurs hausses de fiscalité (il est question d'une augmentation de 30% de la taxe foncière et d'une augmentation importante de la taxe sur les ordures ménagères).

Pour ce qui concerne Mantes-la-Jolie, cette attribution de compensation est passée de 3 millions d'euros du temps de la CAMY à - 421.172,29 euros que la Ville va donc devoir payer à la GPSEO.

Vous trouverez sur notre blog le tableau récapitulatif de ces attributions commune par commune.

 

Conseil communautaire du 16 décembre 2021.

==> Chambre régionale des comptes. Les budgets  depuis 2016 ne sont pas sincères.

La Chambre régionale des comptes « ne l’envoie pas dire »: les budgets sont insincères depuis 2016 (date de la création de la GPSEO).

Elle relève entre autres « une planification spatiale et un projet communautaire inaboutis », « l’absence de mutualisation des services », pointe du doigt les défaillances flagrantes dans les attributions de compensation (332 millions d’euros de 2016 à 2020) qui représentent aujourd’hui 28% des recettes de fonctionnement (pour une quinzaine de communes bénéficiaires sur 73) … et l’insincérité des « restes à réaliser ».

Les « restes à réaliser », comme leur nom l’indique, c’est ce qu’il reste à réaliser en fin du budget (soit des recettes qui n’ont pas été au rendez-vous, soit des dépenses qui n’ont pas été engagées).

En soi, ce n’est pas une anomalie.

Il y en a dans tous les budgets des collectivités territoriales puisque les budgets annuels sont basés sur des prévisions.

Rien d’anormal à cela à une condition: que ces « restes à réaliser » ne soient pas trop importants par rapport au budget total!

Or ceux-ci représentent en moyenne 35% des recettes prévues et 29% des dépenses.

Pour parler clair, dans ces budgets on a inscrit plus d’un tiers de recettes qu’on n’a jamais perçues et un tiers de dépenses qui n’ont pas été faites.

Autrement dit encore l’équilibre des budgets « inscrits sur le papier », c’est … du pipeau !

Pire, des contrats d’emprunts qui n’existent pas semblent même avoir été inscrits en « restes à réaliser » en 2019.

Et là on n’est plus dans un défaut de prévision mais on frôle le faux en écriture publique.

Dès lors une question se pose: comment des groupes d’élus (tous ceux qui sont « reconnus » aujourd’hui) de droite comme de « Gôche » (excepté notre groupe « informel » que la GPSEO refuse de reconnaître) ont-ils pu tous accepter un tel état de fait et se partager les Vices Présidences (bien indemnisées) ?

Pour ce qui concerne le groupe municipal vivre mieux à Mantes-la-Jolie représenté par Marc Jammet, c’est clair: nous sommes contre cette espèce d’usine à gaz qu’est la GPSEO et nos l’assumons !

C’est une question d’honnêteté et de respect des électeurs.

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle Marc JAMMET a refusé de siéger au sein du groupe de « gôche » qui, après avoir pactisé avec la droite, se tortille maintenant comme il le peut après avoir voté TOUS LES BUDGETS.

Pour ce qui concerne les autres groupes, la clarification n’est pas de mise.

On affirme soutenir et vouloir la réussite de cette communauté urbaine gigantesque (73 communes, 400.000 habitants) mais on lui fait payer, de fait, des réalisations qui devraient être de la compétence des communes.

Le tout dans un désordre inimaginable (on donne des compétences communales à la GPSEO puis on les fait exercer par certaines communes, on négocie pendant des mois des attributions de compensation qui ne correspondent pas aux compétences transférées …).

Au final, la GPSEO est à la limite de la faillite avec « l’épée de Damoclès » associée: le risque de la mise sous tutelle par l’Etat.

Quitte à nous faire à nouveau des adversaires politiques qui trouveront encore que « nous ne jouons pas le jeu », nous l’affirmons à nouveau: il est temps que ls élus communautaires rendent des comptes aux citoyens et ne tentent plus de les instrumentaliser.

Enfin nous vous proposons de vous faire vous-mêmes votre opinion sur ce rapport que nous publions intégralement sur note blog (https://vivre-mieux-a-mantes-la-jolie.fr/2021/10/8.rapports-de-la-cour-des-comptes.html).

==> Eau. Ca augmente au 1° janvier 2022

En attendant de nouvelles augmentations de la fiscalité communautaire et de la taxe sur les ordures ménagères, c’est le tarif de l’eau qui va augmenter dès l’année prochaine.

En trois parties: la redevance « eau potable », le tarif « eau potable », la redevance « assainissement collectif ».

Il s’agit d’engager des travaux (entretien des canalisations pour éviter les fuites notamment) que les multinationales privées (Véolia et Suez qui viennent de fusionner par exemple) n’ont jamais effectuées.

Et ce sont … les consommateurs qui vont payer, une fois de plus.

Pour ce qui concerne Mantes-la-Jolie, la redevance « eau potable » est multipliée par deux, le tarif « eau potable » (variable suivant les cas) et la redevance « assainissement collectif » augmentée de + 0,04 euros.

Vous trouverez, sur notre blog, ces augmentations commune par commune.

 

 

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article